contact@cielea.fr

Murmurations ou le plongeon des étourneaux

Cie LEA
Chorégraphie : Lolita Espin Anadon
Création avril 2020
Danse et musique
Tout public à partir de 6 ans
Chorégraphie Lolita Espin Anadon
Musique Annette Banneville
Texte Vanessa Simon Catelin
Interprétation Annette Banneville, Lolita Espin Anadon et Ana Popovic
Regards bienveillants Matthias Groos – Cie 29x27 et Ambra Senatore dans le cadre du dispositif Les femmes sont là – La Fabrique de la danse
Création lumière et régie Pierre Bayard
Vidéo Christophe Bunel
Scénographie Pepito
Costume Marion Danlos

EN QUELQUES MOTS

Une création chorégraphique et musicale pour tou.te.s dès 6 ans posant la question du collectif à l’école à partir de l’observation des murmurations d’oiseaux (regroupement de nuées d’oiseaux en vol).

« Alors au milieu d’eux

Je suis revenu. »

Vanessa Simon Catelin

PARTENAIRES

Co-production Cie LEA, Théâtre de Saint-Lô, Chorège à Falaise, Relais Culturel Régional en Pays de la Baie – Musique Expérience à Ducey avec le soutien du Festival Paroles Paroles à Honfleur, de l’Espace culturel de la Hague et du Sept-cent-quatre-vingt-trois à Nantes. La Cie LEA est conventionnée pour 2 ans avec la Région Normandie et pour 3 ans avec le Conseil Départemental de la Manche et la Ville de Saint-Lô.

A PROPOS DE LA DANSE

« L’image des murmurations d’oiseaux. Il y a dans ce phénomène naturel une grande beauté et un mystère. Les murmurations sont les rencontres de nuées d’oiseaux en vol, avançant comme un seul corps. Quelles sont ces murmurations qui permettent de n’exclure personne ? Quelles en sont les formes ? Comment procèdent les individus pour ne pas se choquer en vol ? Comment fonctionnent les murmurations sans leader ? A mes yeux les murmurations forment à la fois un miracle de maintien de l’harmonie, d’adaptabilité, et un exemple de créativité en collectif, se projetant dans plusieurs niveaux de l’espace aérien. Les scientifiques notent deux types d’interactions principales dans ces trajectoires collectives: l’attraction et l’alignement. Ces deux options donnent lieu à trois formes de mouvement collectif: la polarisation, le vortex et la structure longiligne, qui sont au cœur des principes de composition de la danse dans la pièce. Suivant les trajectoires de ces murmurations d’oiseaux, l’écriture chorégraphique de cette pièce s’articule autour de ces principes : continuum, écoute, cercles, circulation du lead, variation de l’énergie dans de forts contrastes. La nuée est envisagée tour à tour autour des corps, dans le corps et au sein du « groupe » des trois corps. Le continuum de marches (nommées « migrations ») se développe et laisse émerger l’affirmation du lead, la colère, le jeu et finalement l ‘envol. »

A PROPOS DE L’ADRESSE AUX ENFANTS

« Ce printemps nous avons appris que les populations d’oiseaux vivants en milieu agricole en France ont perdu un tiers de leurs effectifs en 17 ans. La prise de conscience collective des enjeux écologiques est urgente. Me tournant vers la question du collectif à l’école, cette conscience écologique me semble applicable à une forme d’écologie relationnelle: écouter, s’aligner, trouver sa place, s’adapter, plonger ou s’envoler ENSEMBLE. Dans les murmurations d’oiseaux, le groupe se trouve dans un état collectif particulier qui permet aux informations de se propager. C’est en quête de cet état collectif permettant la circulation, persuadée que le développement d’une éducation sensible et respectueuse est un enjeu majeur, que j’ai voulu plonger dans ce projet de création. C’est ce même état qui conditionne notre adresse aux jeunes spectateurs (et aux moins jeunes). Au plateau, trois artistes, interprètes de cette histoire, trois adultes, trois femmes qui affirment la force de l’écoute et de la douceur. » Lolita Espin Anadon