contact@cielea.fr

Cie LEA

Chorégraphie : Lolita Espin Anadon

Installée dans la Manche en Normandie, la Cie LEA est une compagnie de danse créée en 2003 et aujourd’hui associée au Théâtre de Saint-Lô.
Les pièces chorégraphiques de Lolita Espin Anadon prennent leur source dans un vif intérêt pour les espaces entre les corps.
Chaque projet naît de l’observation des besoins d’appartenance, des habitudes et des cadres relationnels en place dans un milieu.
La Cie LEA témoigne du collectif aujourd’hui, fait l’éloge du sensible et du respect du vivant sous toutes ses formes.
Sautant allégrement « du coq à l’âne », l’écriture de Lolita Espin Anadon est basée sur l’oscillation entre état de rêverie et concret de nos vies.
La compagnie travaille dans les théâtres et dans les espaces non dédiés aux spectacles, créant des pièces tout-terrain (Entre fil et … 2003, Rouge en 2005, Un lange passe en 2012, Sur le vif en 2016 et Rouge incarnat prévue pour 2023) et in-situ (In-stabulation, performance pour stabulations de fermes laitières en 2017 et Les passagers de la sitelle, création en coproduction avec la Cie de La Mine d’Or pour une ferme maraichère prévue pour 2022) et spectacles en salles (Mais qui est je ? en 2007, Sables mouvants en 2008, Focus exit en 2009, ZAP Zone d’appui provisoire en 2013, Des aimants en 2015, La beauté du geste en 2017, La puce, le chameau et les autres, coproduction avec la Cie Comme sur des roulettes en 2018 et Murmurations ou le plongeon des étourneaux en 2021).
L’intérêt pour la médiation est un axe important de la compagnie depuis ses origines. Les projets sont souvent articulés avec un même élan création et médiation.
Récemment, la compagnie s’est engagée dans l’écriture à l’adresse du jeune public, souhaitant affirmer face aux enjeux majeurs d’aujourd’hui la puissance de la douceur .
Lolita Espin Anadon s’entoure d’autres artistes, venant de la danse (Marco Chenevier, Ana Popovic, Cécilia Emmenegger, Renaud Djabali, Matthieu Coulon-Faudemer…), de la musique (Annette Banneville, Christophe Bunel, Juliette Van Peteghem), du théâtre (Dominique Birien), de la littérature (Vanessa Simon-Catelin), des arts plastiques (Pepito) et de la vidéo (Christophe Bunel) pour façonner une danse de la relation avec le vivant.
Comme des fils de vies déroulés en danse et en musique, fils tirés à l’oubli, dérobés à l’indifférence, les pièces de la Cie LEA sont issues de, évoquent et vont vers la rencontre.